Les années 50

1950-1959

 PARTICIPEZ AU QUIZZ ANNÉES 50
Un diner sur la Route 66 aux États-Unis

Les « Fifties »

Reconstitution d'un "Diner" sur la Route 66 aux États-Unis
Année : 2011
Source : La Route 66

1945

Fin de la Seconde Guerre mondiale avec la capitulation japonaise suite au bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki.

Le monde se réveille face à des centaines de milliers de victimes, en Asie et en Europe, dont 6 millions de juifs systématiquement anéantis dans les camps de la mort nazis.

Malaise en Suisse, où les juifs ont été refoulés « sans pitié » - comme précisé dans la circulaire officielle - aux frontières alors que les rumeurs de tuerie à grande échelle étaient parvenues jusqu'aux autorités helvètes. Ces dernières sont même allées jusqu'à instiguer l'apposition d'un signe distinctif sur les passeport des Juifs, le « Tampon J ».

Bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki
Bombardements de Hiroshima et Nagasaki

Année : 1945
Source : Wikipedia
Buchenwald, 16 avril 1945
Libération du camp de Buchenwald, 16 avril 1945
Année : 1945

L'image de la petite Confédération neutre n'est pas bonne. Les Alliés, vainqueurs de la guerre, l'accusent de collaboration avec les nazis et lui demandent des comptes. En 1946, la Suisse accepte de participer à la reconstruction de l'Europe.

Le monde est désormais scindé en deux : les pays communistes à l'Est et les pays capitalistes à l'Ouest (grosso modo...). Cette scission débouche sur une course à l'armement nucléaire appelée « guerre froide ». Et si la Suisse reste neutre, elle est idéologiquement du côté de l'occident capitaliste. Ses relations avec la grande Union soviétique ne cessent de se détériorer, notamment depuis la Grève générale de 1918.

La guerre s'éloignant, la Suisse s'apprête à plonger avec délice dans ce que l'histoire baptisera les « Trente Glorieuses » (1945-1975).

Les États-Unis exercent une puissante influence, économique et culturelle, sur l'Europe d'après-guerre. L'« American way of life » exporte ses chewing-gums, plats cuisinés et autres hamburgers. Et bientôt, la Suisse dansera, elle aussi, au son endiable des guitares électriques d'Elvis Presley.


6 juillet 1947

Le projet d'Assurance-vieillesse et survivants (AVS), combattu en référendum, est approuvé par le peuple suisse, par 862'036 « oui » contre 215'496 « non » ; la participation au scrutin , record de civisme absolu, atteint 79% des électeurs inscrits. L'AVS entrera en vigueur au premier janvier 1948.


1948

La Russie soviétique soumet la Tchécoslovaquie.

En Suisse, où se développe un anti-communisme actif et constant, l'URSS est désignée comme la nouvelle menace contre laquelle il faut s'armer, matériellement et moralement. Le budget militaire augmente considérablement et le gouvernement suisse mène des négociations avec la Grande-Bretagne pour acquérir de l'uranium dans le but de fabriquer une bombe atomique.

L'État surveille et pourchasse tout individu soupçonné de sympathies communistes. Des fonctionnaires sont licenciés, des artistes boycottés et nombre d'intellectuels sont suivis par la police. Des fiches sont constituées sur les « communistes suspects », dans le plus grand secret.

C'est toujours en 1948 que la Migros ouvre le premier magasin en libre-service de Suisse, aussitôt suivie par la « Coopé ». Ces nouveaux supermarchés vont définitivement modifier le comportement des consommateurs suisses, jetant les bases d'une nouvelle « société de consommation » de laquelle découlera, aussi, la culture du gaspillage et la surexploitation des énergies fossiles.

Mais nous n'en sommes pas là.


1 novembre 1954

La Télévision Suisse romande émet ses premiers programmes. Ils se composent alors de reportages ainsi que d'émission théâtrales en studio. Peu de ménages disposent alors d'un poste de télévision (920 abonnements seulement en Suisse). C'est ainsi au café du quartier que l'on suit les informations télévisées.

Première émission de la Télévision Genevoise
Première émission de la Télévision Genevoise

Année : 1954
Genève, 1954
Devant la vitrine d'un magasin à Genève

Année : 1954

1959

Création de l'AI, Assurance Invalidité, étroitement liée à l'AVS, Assurance Vieillesse et Survivants (1947) par son financement et son organisation. Elle s'adresse aux personnes invalides et vise à les réintégrer dans la vie économique. 21'000 personnes en bénéficient en 1960. Elles seront plus de 220'000 quarante ans plus tard.

50'000 ménages suisses sont maintenant abonnés à la télévision.


Octobre 1959

Les socialistes sortent grands vainqueurs des élections législatives fédérales. Le désormais principal parti de Suisse ne dispose pourtant d'aucun siège au gouvernement. Le problème sera réglé lors de l'élection du Conseil fédéral, deux mois plus tard.


17 décembre 1959

Instauration de la « formule magique » au Conseil fédéral lors de son élection par les députés de l'Assemblée fédérale. Désormais, et dans un souci de stabilité politique, le gouvernement suisse, uniquement bourgeois depuis 1953, se composera des quatre principaux partis suisses qui devront collégialement défendre les positions du Conseil fédéral. Les socialistes font leur retour au sein de l'exécutif fédéral, gauche et droite cohabitent.

Cette formule dite « magique » se veut immuable. Elle le sera... jusqu'en 2003 et le « putsch » orchestré par l'UDC qui évincera une ministre du centre (PDC) pour faire entrer au forcing son leader charismatique, Christoph Blocher.

Ce 17 décembre 1959 et pour la première fois, la télévision retransmet en direct l'élection au Conseil fédéral. Jusque là, seule la radio assurait une telle retransmission.


1968

En Suisse, la télévision passe à la couleur. 1 million de foyers sont alors abonnés (ils n'étaient que 50'000 en 1959).

Participez au Quizz

Marcel Bordier
Marcel Bordier

9 janvier 1948

Je m'appelle Marcel Bordier, employé « moyen » dans une fabrique à Neuchâtel. Salaire « moyen », famille « moyenne ». Femme « moyenne » (vous ne lui direz pas que j'ai dit ça, elle n'a pas beaucoup d'humour).

Jouer !